25 juin 2013

C'est parti...

30 sept. 2012


" IL NOUS FAUDRAIT UN PEU
D’OBSCURITÉ."


AOUT

"Que craignez-vous? Le rôle est court et le public mortel comme vous-même."

* * *
Comment aimer Peter sans aimer les enfants?

Le temps passe et on oublie les âges, leur sens même.
Être un enfant, pour un enfant, c'est tomber, s'écorcher, se relever, avoir peur du noir, tomber encore...
* * *

(happy bird day) t'es un putain de voyage.

* * *

On oublierai tout dans l'euphorie pour se vouer au ridicule, au merveilleux, à la beauté de l'Homme.
Elle a appelé, ils sont venus sous les lumières et à nos yeux ils n'avaient plus de noms, ils étaient juste ensembles.



9 sept. 2012

Des trous dans la tête.

J'ai le souvenir vague d'une idée, de ce qu'elle a effleuré en moi mais les mots ! Mais mes mots...

14:15 Le café, le bruit des voitures autour, un verre de bière et le cahier rouge ouvert sur la table.
Voilà où j'en suis, voilà ce que je suis : un voyage, une attente, un devenir.

Et finalement que restera-t-il? Qu'est ce que, d'hier, nous garderons aujourd'hui?
Et demain?



LE PASSÉ-LE PRÉSENT-LE SOUVENIR


28 juil. 2012


"Man is now able to fly throught the air like a bird,

He's able to swim beneath the sea like a fish,

He's able to burrow beneath the ground like a mole,


Now if only he could walk the Earth like a man,



This would be paradise"

[T. Douglas]

14 juil. 2012

D'abord il y a le Fou.

Ensuite vient le Pendu.

Le Pendu à la tête en bas.

Le XII à l'envers du XXI :
le Pendu à l'envers du Monde auquel il ne peut accéder.


* * *


Il faut avoir été rivière pour ressentir l'Eau,

Il faut avoir été vent pour ressentir l'Air,

Il faut avoir été soleil pour ressentir le Feu,

Il faut avoir été racine pour ressentir la Terre,

Etre le Monde pour ressentir l'Univers.

Nous sommes ici pour nous cristalliser.


_____________


Voyager c'est se rendre disponible : aux autres, à la route, à ce qui vient, à ce qui va.
Peu importe la distance : voyager c'est être près de ce qui se présente.


"Pense en haut, si tu ne veux pas tomber pense en haut " me dit le voyageur.


6 juil. 2012

" Pour Violette,

Que ce moment inoubliable reste dans les anales du psychédélique universel!
Que ta vie soit belle et que l'amour en soit une composante essentielle!

A bientôt
with love...

Yom "
___________________

NE T'OUBLIES PAS.



La philosophie du chaos

"Dieu crée les dinosaures,
dieu détruit les dinosaures.


Dieu crée l'homme,
l'homme détruit dieu.


L'homme crée les dinosaures,
les dinosaures mangent l'homme


Et la femme hérite de la Terre."


Maintenant l’Homme mange l'Homme.
_______________________

Va, vis et vomis.

"Il est trop tard pour être pessimiste."
_______________________

Il faut supprimer toute trace de vie.

L’Homme refuse ses poils, ses sécrétions, sa petite putréfaction quotidienne que chaque jour nous effaçons.

Dans-c'est ne plus toucher Terre

Nous avons tous été des dieux ce soir là, quand nous somme revenus nous nous sommes vu les uns les autres parce que nous savions d'où nous venions.
Une femme disait doucement "Je dormais! Je dormais et je me suis vue!" et peu importe s'il y avait quelqu'un au bout du fil.
Comme une famille entre l'eau et les murs du fleuve, transe-en-danse de musiques rouillées ;
c'est comme s'ils devaient être là depuis toujours, le temps s'est arrêté autour.
Nous sommes partis, nous avons tout détruit, ces mondes se brisent en un battement cils, ce sont des hologrammes fragiles, des univers fuyants entre deux parallèles.

"Ne jamais dire jamais, c'est comme toujours dire toujours..."

Où allons nous? La savons-nous?
Droits, les pieds joints dans les épines. Pas de regrets, pas de reproches, nous sommes un, nous survivrons.

À bientôt, à bientôt la mer et nous dedans.

"Demain, 8h."
Je m'allonge dans le sable, j'attends que les vagues viennent me border. Je t'attends, je prépare un lit dans l'écume et les courants.
Viens, viens faire un tour dans la cage, me rappeler qu'il n'y a pour portes que celles que l'on se ferme.

9 juin 2012

La fourmi à miel et la satellite géostationnaire de télécommunication cellulaire

"Bonsoir, je peux te dessiner?"
"Parfois cela ressemble à la personne que j'ai dessinée avant, parfois à celle que je dessinerai après..."

On ferait n'importe quoi pour un nom, une trace, un souvenir...


Hommes, votre immortalité est dans la mémoire des Hommes.


___________________________________

Prenez tout, prenez ça, puis ça aussi, gardez tout, prenez tout, je ne l'emporterai pas.
Il faudrait craquer une allumette sur les restes qui nous traînent, la jeter derrière l'épaule, tout brûler sans se retourner en marchant lentement dans la musique des héros.


État des lieux : I GOT NO HOME, I GOT NO PAIN.


_________________________________

"VOUS ÊTES POUSSIÈRE ET VOUS REDEVIENDREZ POUSSIÈRE."
disaient-ils...

aujourd'hui je réponds

NOUS SOMMES LUMIÈRE
ET NOUS REDEVIENDRONS
LUMIÈRE.



Le temps est contenant mais l'espace est illimité.

Nous pouvons voyager juste à côté, retournez-vous, écoutez-vous, quelques mètres et c'est déjà un monde nouveau.


Il y a des gens chez moi, des inconnus, des Autres déjà près mais qui se découvrent seulement, des corps éparpillés viennent trouver refuge dans l'antre de l'Absente.
3H... C'est la grande migration, les rues sont pleines de vies errant à la recherche d'un peu plus de musique, un peu plus de chaleur, un peu plus de liqueurs, de sexe et de paroles à oublier.
Encore une nuit se lève.


17 mai 2012

"Nous sommes à la recherche d'expériences humaines intenses"

Les générations se succèdent, les âges se fondent : l'enfant embrasse la femme, la femme porte l'enfant.
Comme une procession, une marche silencieuse, tout le monde se tait dans le fracas des lumières. Une femme aux allures de prêtresse monte au dessus de la foule, elle crie, elle s'arrache la vie pour extraire la notre.
Puis les lumières s'éteignent, le spectacle est terminé, "on ferme !".
Rentrez chez vous maintenant, il se fait tard, le spectacle est terminé.

_________________________

La vie après la mort est née du mensonge d'une mère à son enfant.


La vie près la mort c'est ceux qui restent après ceux qui s'en vont.


La vie après la mort c'est nous.

______________________________


"QU'EST CE QU'ON A FAIT DE BEAU AUJOURD'HUI?"


14 avr. 2012

(Une nuit sur le bord d'une vitre)

"Oui je sait que la réalité a des dents pour mordre
Que s'il gèle il fait froid
Et que un et un font deux.

Je sait je sait qu'une main levée n'arrête pas le vent
Qu'on ne désarme pas d'un sourire l'homme de guerre

Mais je continuerai à croire à tout ce que j'ai aimé
A chérir l'impossible
En buvant à la coupe du poème une lumière sans preuves.

Car il faut être très jeune
Avoir choisi un songe et s'y tenir
Comme à sa fleur tient la tige

Contre toute raison."

[J-P.Siméon]

Dernier recours

On sort comme une race canine. Il faut faire attention, on a perdu notre regard.

La chienne à qui monte à la gorge des liqueurs de pêche, des liqueurs de péchés qui roulent au fond là comme une écume et débordent enragées au bord des crocs.

Quelqu'un a surgit, un montreur de marionnettes qui tire les ficelles de son propre visage.
Je ne veux pas baiser, même pas par amour, pas dans cette odeur d'homme qui me poursuit, qui ne se dissous pas dans les flaques où je plonge.

"Ce soir Violette, tu a deux destins."
Fabiette, Julienne, c'est comme tu veux, je n'ai pas de nom, je suis le tout dans le rien, la paumée merveilleuse qui vous embrasse sur les trottoirs avant de s'enfuir, avant de s'effiler.

Univers

"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme."

Nomades

(Il pointe mon cerveau du doigt) "Les souvenirs sont là!" (puis mon sourire) "... et les photos sont là!"

C'est une longue marche qui nous fait vivre à chaque pas. Je m'enveloppe dans la musique au delà des sons, dans les ombres au delà de la nuit, dans les remous "le petit soulèvement local" qui se propage le long des pavés, dans les rigoles et les rires de la Rue de La Soif.
Une maison comme un cimetière d'éléphants, des humains qui sont Là par force et par nature.

_________________________

Ce qu'il y a de bien à parler avec des inconnus c'est que l'on est nouveau à chaque fois, que l'on peut voir au fond le regard qu'ils nous portent, ces yeux qui nous rappellent que l'on doit tout réinventer.

"Chez nous, on ne devine pas par les signes, on dit ce que l'on ressent."
dit la rencontre.
Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Violette est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit..